Vous êtes ici

Laboratoire d'étude des œuvres d'art

Le Laboratoire d'étude des œuvres d'art a pour objectif principal l’étude de la collection des peintures de chevalet du musée afin d’améliorer leur connaissance associée, dans certains cas, avec des projets de conservation préventive. L’idée est, à moyen terme, de mettre cet outil en relation avec une politique d’échange de savoirs entre les musées en Wallonie et au-delà. Par ailleurs, le Laboratoire continue de proposer un service d’expertise aux personnes privées désirant un avis sur l’authenticité, l’état de conservation et le cas échéant, des premières hypothèses d’attribution.

Le Laboratoire a été fondé au début des années 1960 par le professeur Roger Van Schoute et dirigé ensuite par le professeur Hélène Verougstaete. Il constitue l’un des secteurs du Service aux oeuvres. Jacqueline Couvert, qui assure le travail au laboratoire depuis une dizaine d’années, a l’expérience de l’analyse technologique et stylistique de nombreuses peintures de chevalet du 15ème siècle au début du 20ème siècle.

L'examen technologique des peintures comprend l'étude des supports et cadres ainsi que l'analyse des couches picturales. Plusieurs moyens d'investigation sont utilisés :

  • L’examen au stéréomicroscope (grossissement de 6 à 40 x) permet de comprendre la superposition des couches, de repérer les surpeints, de vérifier l'authenticité de la couche picturale et de la signature.
  • L’examen en fluorescence d’ultraviolet permet d’observer les retouches disposées au-dessus du vernis. Elles apparaissent généralement sous forme de traits ou de taches sombres.
  • La réflectographie à l’infrarouge met en évidence le dessin sous-jacent. Elle peut donner également des indications sur l’état de conservation ou l’emploi de certains pigments.
  • La radiographie rend compte de l’état de conservation de l’oeuvre ainsi que de la présence de certains pigments constitués d’éléments de poids atomique important (comme le blanc de plomb, le vermillon ou le jaune de plomb et d’étain).
  • La microfluorescence X, méthode spectrométrique non destructive, permet l'identification des éléments chimiques composant les pigments minéraux.

Examens proposés aux personnes privées (tarifs sur demande)

  • Consultation : La consultation propose une évaluation générale de l'âge et de l'état de conservation de l'oeuvre réalisée principalement à l'aide du microscope (avec éventuellement l’analyse d’une zone (un point) de pigment, par microfluorescence X). La consultation ne donne pas lieu à un rapport écrit. Durée : environ une heure.
  • Dossiers d’analyse matérielle : Après consultation, une étude plus approfondie peut être envisagée si celle-ci s'avère justifiée (qualité particulière de l’oeuvre, suspicion d’un faux…). Cette étude débouche sur la constitution d'un dossier (analyse matérielle) qui conclut par une appréciation concernant l'authenticité, l'état de conservation, l'âge de la peinture. Cette appréciation est en général fondée sur un examen détaillé au microscope, une radiographie, une analyse des pigments (par microfluorescence X), une réflectographie à l'infrarouge et un examen sous lumière ultraviolette. Ces examens sont documentés par des photos et interprétés dans le dossier. Durée minimale: environ un mois.
  • Analyse matérielle spécifique : Dans certains cas (notamment pour répondre à une question précise d’un restaurateur), le Laboratoire peut réaliser une documentation spécialisée et limitée (radiographie, analyse de pigments, réflectographie à l'infrarouge) avec interprétation. Durée minimale : une semaine.
  • Dossier d’expertise (analyse matérielle et stylistique) : Le dossier inclut l’analyse matérielle et stylistique de l’oeuvre et, si les indices convergents le permettent, une proposition d’attribution. Durée minimale : un mois et demi.

Pour toute information, contactez Jacqueline Couvert

Laboratoire d'analyse des œuvres d'art
Musée L
Place des Sciences 3 Bte L6.07.01
1348 Louvain-la-Neuve
010 / 47 86 54

 

> En savoir plus sur les techniques d'analyse...